Comment bien se préparer à l’alpinisme ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Une bonne souplesse corporelle, l’augmentation de l’endurance, une maîtrise de la logistique liée à l’excursion en haute montagne, ainsi que la sélection de matériel d’escalade professionnel sont à la base de l’organisation d’une préparation à l’alpinisme.

Mais ce ne sont pas seulement ces connaissances matérielles et physiques qui comptent… Il y a aussi un fort travail mental et une volonté de braver des degrés psychiques à toute épreuve. Voici  comment débuter l’alpinisme en toute confiance.

Expérience et compétences

Lorsque vous décidez d’aller à la montagne, vous devez d’abord conquérir des sommets plus petits et faire de longs trekkings dans les basses montagnes. Il existe en France des randonnées semi-alpines comme le GR20 Corse qui demande une certaine endurance et résistance physique avant ses dénivelés pouvant atteindre les 2700 mètres d’altitude. 

Des stages de formation dispensés dans les montagnes sauvages et des ateliers sur le tourisme d’hiver peuvent s’avérer utiles pour acquérir une expérience inestimable sur ce sentier de grande randonnée Français

De plus, des rencontres avec des grimpeurs professionnels, des sauveteurs en montagne ou des guides professionnels seront certainement une leçon utile, vous faisant prendre conscience des difficultés de l’ alpinisme, des conditions qui prévalent en montagne et des menaces pour la vie et la santé.

Un aspect important est de connaître la limite de vos capacités physiques. Un entraînement régulier ne préparera pas le corps à l’effort d’un voyage en haute montagne, d’innombrables heures passées sur le terrain sont donc nécessaires pour  vous lancer dans une aventure prolongée.

Connaissance des règles de sécurité

Naviguer en haute montagne nécessite non seulement une formation pratique, mais aussi des connaissances théoriques dans le domaine de la marche alpine, des dangers d’avalanche, de l’escalade, des manières d’arpenter en terrain exigeant en hiver et de la physiologie du corps humain. 

Un sentier enneigé et souvent glacé mène aux sommets de la plupart des hautes chaînes de montagnes, ce qui peut constituer une menace sérieuse pour un grimpeur novice et non préparé. L’équipement du matériel de base d’un coéquipier ne peut sauver la vie ou la santé que s’il est correctement utilisé.

Lors de la préparation de l’escalade en haute altitude, il convient également de connaître les refuges à proximité, les différents itinéraires de descente, de noter le nombre de sauveteurs en montagne locaux et de lire les règles d’escalade pour partir en toute sécurité dans une zone spécifique. Il peut aussi être utile d’échanger avec des alpinistes expérimentés qui ont déjà parcouru le même parcours.

Tester l’endurance du corps

Avant de partir en haute montagne, la préparation physique doit se faire sous la supervision d’un entraîneur qualifié, dont les connaissances et l’expérience vous aideront à développer une bonne condition physique. 

En effet, en haute montagne, la pression chute rapidement, ce qui signifie que la disponibilité et l’absorption d’oxygène par l’organisme diminuent. Une bonne endurance respiratoire et la capacité de contrôler les niveaux d’oxygène peuvent s’avérer inestimables dans une situation de crise. 

Préparation physique des l'alpinistes en haute montagne

Avant de décider de partir, pensez à bien consulter un médecin qui est spécialisé en médecine sportive. Il pourra vérifier et valider votre état de santé actuel, votre fonction cardiaque et votre éventuelle appartenance à un groupe à risque accru lié à des maladies, par exemple du système cardiovasculaire ou incompatible avec la pression montagneuse.

Entraînement régulier

Les défis rencontrés par le corps humain pendant l’alpinisme sont très difficiles. Un tel effort physique nécessite donc une longue période préparatoire. Cela devrait prendre au minimum quelques mois voire plusieurs années.

Une solution idéale serait une formation régulière dans les hautes terres du Massif centrale, des Alpes ou de la Corse. Si vous n’avez pas une telle possibilité, cela vaut la peine d’utiliser un stepper ou un tapis roulant mécanique avec une forte pente ou tenter de réaliser des défis dans des zones escarpées. 

Les entraînements doivent avoir lieu 3 à 4 fois par semaine et durer de 45 à 120 minutes. De plus, les exercices en force doivent être effectués au moins une fois par semaine pour renforcer les muscles et augmenter leur ténacité. Lors de ce type de mouvements, il est préférable de réduire la charge et d’augmenter le nombre de répétitions à l’intérieur de chaque série.

Les personnes qui décident de faire de l’alpinisme ou de l’escalade technique doivent également suivre une formation initiale d’escalade afin d’asseoir leurs connaissances du monde terrestre d’altitude. Environ 6 à 10 semaines avant le départ prévu pour votre grande sortie alpine, il convient d’augmenter l’intensité de l’entraînement afin de préparer le corps à un apport réduit en oxygène et à un effort extrême.

Découvrir

Ushuaïa, un petit bout de l’Argentine

L’Argentine n’arrête pas de parler de lui ! Elle grouille des petites merveilles mais aussi des cités mythiques telles que Ushuaïa. Ushuaïa est

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.